Reprendre une entreprise difficulté : la bonne affaire ?

reprise entreprise en difficulté

Reprendre une entreprise difficulté : la bonne affaire ?
5 (100%) 2 votes

Reprise d’entreprise : « reprendre une société en difficulté n’est pas forcément une bonne affaire »

Entreprise en difficulté le mirage de la bonne affaire :

Beaucoup de repreneurs avec peu d’apport sont à recherche de la bonne affaire.

La  reprise d’une entreprise à barre du tribunal de commerce par une personne morale est ce jouable.

Daniel Ramakichenane, associé du cabinet Wingate  et expert  « Quelles sont les opportunités et les risques de reprendre une entreprise en difficulté ».

Souvenez vous de Bernard Tapie  qui reprenait des entreprises à la barre du tribunal de commerce et qui faisait fortune !

Le marché de la reprise d’entreprises en difficultés

« On entend souvent parler dans le monde des affaires de reprises d’entreprises en difficulté pour un euro symbolique. Il faut en finir avec cette idée préconçue. Reprendre une société à la barre du tribunal n’est pas forcément une bonne affaire. »

Quelques chiffres :

75000 reprise d’entreprise par an

60 000 procédures de recouvrement par an dont plus de 90 partent directement en liquidation et moins de 7% avec un plan de redressement. Autant vous dire que le taux de reprise des entreprises en difficulté est très faible.

Les atouts de la reprise d’entreprise en difficulté :

Reprendre un entreprise en difficulté présente trois atouts majeurs :

  • la continuité de l’exploitation,
  • le sort des salariés
  • la somme que le repreneur peut débourser. » le repreneur peut négocier les créances bancaires contre un achat immédiat ou bien discuter avec les fournisseurs.

Les administrateurs judiciaires envoient à des listes, inscrivez vous pour recevoir les entreprise à vendre, ce qui permet de se positionner en amont.  Comme pour la reprise classique n’hésitez pas à vous associer.

Mais attention n’attendez rien des banques. Il n’y a quasiment aucun effet de levier. C’est pour cela que c’est particulièrement difficile de prendre une affaire à la barre du tribunal pour une personne physique, mieux vaut être une personne morale.

 

Les précautions à prendre

Vérifier les stocks soi même,

Faire un audit approfondi

Faire un offre au plus bas et ensuite l’améliorer l’inverse n’est pas possible. En particulier sur le nombre de salariés.

Vous ne pouvez pas en rependre 10 à la première annonce et ensuite annoncer 3 !

 

Le conseil Avalor : Présenter un dossier cohérent en évaluant les concurrents du marché qui sont en bonne santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *