Quelle est la valorisation de mon fonds de commerce?

Quelle est la valeur de mon commerce?

La valorisation du fonds de commerce peut se baser sur le chiffre d’affaires des 3 dernières années. Les experts comptables utilisent cette méthodologie On y applique un coefficient pondérateur par type d’activité.

La valorisation financière et comptable sert de base pour fixer le prix de cession.

L’estimation fournie s’ajuste des facteurs qui vont augmenter ou diminuer les prix de vente du commerce. L’emplacement est un facteur essentiel. en fonction de la localisation on affinera la valeur de cession. Il fait partie des critère d’exploitation

Quels sont les composants du fonds de commerce?

Les éléments d’actifs qui constituent le FDC sont :

la clientèle (fichier) le droit au bail, le matériel, la notoriété de l’enseigne si elle est locale, régionales, nationale, le site internet, les contrats, machines.

Le stock ne fait pas partie du fonds : évaluation à part. Il fera quand même partie de la valeur de rachat avec un audit propre.

La valeur de rachat peut être décomposée de la valeur de chacun des éléments.

Critères de négociation du fonds acheteur vendeur:

Pour vous faire une offre l’acheteur va vous demander votre bail et la date d’échéance. Va-t-il pouvoir le renégocier? Quelle est valeur du droit au bail s’il y en a un?

Le repreneur va venir visiter votre local pour vérifier l’état, la mise en conformité l’accessibilité, le diagnostic amiante. Va-t-il devoir faire des travaux? Quel en sera la montant?

Pour l’exploitation du commerce, le listing des machines ou outils avec les contrats de maintenance et d’entretien est à joindre afin de provisionner le montant des réparations ou remplacement à faire sur l’année à venir.

Le successeur reprend les contrats de travail avec le fonds. Qui est l’homme clef? Si c’est le dirigeant qui part à la retraite qui est son successeur?

La valeur des marchandises est un élément de négociation dont il faut fixer le montant au plus tôt. C’est souvent un point d’accrochage entre cédant et repreneur

Obligation d’information des parties des évolutions 2020 et à venir sur 2021

Toute information doit être transmise sur l’évolution par exemple de la réglementation, l’implantation d’un concurrent.

Il en est de même sur l’impact de la crise sanitaire de la COVID-19 qui aura une influence sur le prix de cession en fonction du secteur concerné en fonction de l’effet du confinement, couvre feu. On pense en particulier à la valorisation d’un restaurant.

Comment calcule t-on le prix net vendeur?

Une fois le prix de vente fixé entre acquéreur et repreneur le prix net vente est le prix de vente négocié moins les frais dont intermédiation, acte, main levée et le passif à liquider. Le prix de le cession est ensuite mis sous séquestre jusqu’à 5 mois. La durée de mise sous séquestre descend à 3 mois dès paiement des créanciers.

Le constat AVALOR :

Avec la crise sanitaire, la seul évaluation par le CA a ses limites. La tendance tend à la valorisation par l’exploitation. On combine les 5 méthodologies données par BERCY et son guide. Sur ces 5 méthodes deux sont plus particulièrement prises en compte. La valorisation par la méthode de l’EBE (fourchette de prix) et la valorisation par la méthode de la CAF (fourchette par le financement, la capacité de l’entreprise à rembourser sa dette) . Des retraitements comptables s’ appliquent comme celui du salaire du dirigeant.

Transmission d’une PM/TPE : les conditions pour la réussir

Quelles sont les conditions d’une transmission d’entreprise réussie?

La transmission d’une entreprise marque un évènement important dans la vie d’une structure, qu’il faut préparer et suivre scrupuleusement. Voici les 5 conditions pour réussir la transmission de votre PME ou TPE, afin de tourner cette page sereinement.

Préparez votre transmission plusieurs années à l’avance dans quelles conditions?

Une transmission est une étape cruciale dans la vie d’une entreprise, aussi importante à orchestrer pour vous que pour votre successeur. De ce fait, nous vous conseillons de non seulement la préparer en amont, mais aussi de vous le faire plusieurs années à l’avance. Entre trois et cinq ans avant sera une bonne moyenne, afin d’avoir le temps de pouvoir faire les démarches de transmission ou de revente sereinement, tout en continuant votre activité comme d’habitude et assurer la pérennité de votre entreprise.

Avant même de trouver un repreneur, il vous faudra faire des démarches telles que l’évaluation de votre entreprise ou de son fonds de commerce (pensez à utiliser nos calculateur !), mais également de contacter la CCI ou CMA dont vous dépendez afin de vous renseigner sur toutes les démarches à faire. Également, réfléchissez à votre repreneur : souhaitez-vous transmettre votre entreprise à un membre de votre famille ? A l’un de vos salariés ? Souhaitez-vous la vendre au plus offrant ?

Si vous prenez la décision de la transmettre à un membre de votre famille, préparez en amont un plan de succession.

Si vous préférez la céder à un tiers (employé ou non), dans ce cas, vous pouvez ensuite réfléchir sur votre cession : transmettrez-vous toute l’entreprise ? Ou bien seulement les parts sociales ou le fonds de commerce ?

Enfin, préparez également vos employés à ce changement : prévenez-les en amont (1 ou 2 ans à l’avance) que vous transmettez votre entreprise dans un avenir proche.

Choisissez attentivement votre repreneur

Une fois que vous avez commencé à préparer votre transmission, c’est le moment de l’étape cruciale du choix de votre successeur.

Pour cela, nous n’avons pas de solution miracle à vous proposer : à vous de voir, en fonction de votre situation et de votre ressenti, quelle est la meilleure personne pour reprendre votre PME/TPE.

Si vous souhaitez faire de votre société un héritage, alors il est tout à fait normal de vouloir la transmettre à l’un de vos enfants. Seulement, faites attention à ce que l’heureux élu soit formé afin que votre « après » se passe au mieux pour votre société.

Pour asseoir la pérennité de votre entreprise tout en vous assurant qu’elle est entre les mains de quelqu’un qui connaît le marché, vos clients, et votre identité de marque, alors choisissez plutôt de la transmettre à l’un de vos employés.

Enfin, si vous souhaitez prendre votre retraite, ou démarrer un nouveau chapitre de votre vie professionnelle en toute sécurité financière, vous pouvez choisir de la revendre au plus offrant.

Faites-vous accompagner par un ou plusieurs professionnels dans quelles conditions?

Une fois que votre successeur est choisi, vous allez pouvoir entamer les démarches concrètes pour transmettre votre société conditions de passage obligé.

C’est une étape aussi compliquée qu’importante, notamment en termes de fiscalité et de droit. De ce fait, nous vous conseillons de vous faire accompagner par un ou plusieurs professionnels pour tout d’abord l’estimer, et monter un dossier aussi complet que neutre qui servira de base à vos discussions — pour cela, nous pouvons vous aider !

Ensuite, n’hésitez pas à vous entourer d’un avocat spécialisé ou d’un expert-comptable, voire les deux, qui vous épauleront dans toutes les étapes, jusqu’à la fin de la transmission.

A la crise sanitaire on a vu émerger des cabinet de transmission digital.

Retrouvez plus d’information sur https://www.reprisetransmission.fr/

Holding, Scop, location-gérance… Étudiez toutes les solutions de transmission en amont

En fonction de votre projet de transmission (à un membre de votre famille, à un employé, à un tiers…), différentes options s’offrent à vous :

  • Le pacte Dutreil, si vous cédez votre société à l’un ou plusieurs de vos enfants. Cela vous permet d’assurer la pérennité de votre entreprise (vos enfants auront des obligations d’engagement) et de bénéficier d’une exonération partielle des droits de donation.
  • La donation graduelle, pour transmettre votre TPE/PME à l’un ou plusieurs de vos enfants en deux temps, et vous assurer que votre entreprise reste bien dans la famille.
  • La donation totale, qui vous permet de céder votre entreprise en faisant bénéficier à vos enfants d’un abattement fiscal.
  • La création d’une société de holding, si vous souhaitez garder un pouvoir décisionnaire sur votre entreprise, mais également de limiter l’apport de votre repreneur. Celui-ci peut être l’un de vos enfants ou un de vos employés.
  • La création d’une Scop, qui vous permet de transmettre à l’un de vos employés et de maintenir les emplois au sein de votre structure, même après votre départ.
  • La location-gérance avec promesse de vente, si vous être propriétaire et créateur d’un commerce, et que vous souhaitez garder pendant un temps un regard sur votre société après l’avoir vendue à un tiers. Cette solution est aussi pratique pour rassurer la banque de votre repreneur : il pourra ainsi démontrer qu’il est apte à gérer cette société avant de la reprendre, tout en s’assurant une sécurité financière avant la revente totale.

Réussissez à vous détacher une fois la transmission effectuée

Une fois que vous avez passé le flambeau, notez que pour bien réussir la transmission de votre entreprise, il ne faudra pas oublier de vous en détacher ! En effet, même si celle-ci reste dans la famille, ou que vous gardez un droit de regard sur les décisions prises par votre repreneur, réussir une transmission c’est aussi savoir lâcher du lest, afin de laisser votre successeur faire les choix qui lui semble judicieux pour l’entreprise qui est aujourd’hui la sienne.

2019 nouveautés sur la transmission et reprise d’entreprise

Bonne année et bonnes nouvelles : 2019 commence par une série de mesures qui vont aider à fluidifier la transmission.

La première d’entre elles concerne tous les repreneurs et créateurs démissionnaires

[kkstarratings]

 1er janvier 2019 : nouveautés pour les créateurs et repreneurs.

Plusieurs mesures provenant de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 et 2019  font parti du package « Liberté de choisir son avenir professionnel » loi PACTE.

L’ACCRE est accessible à tous  y compris aux salariés démissionnaires!

L’AIDE à la création et reprise d’entreprise est désormais accessible à tous. Elle consiste en une exonération de cotisations de sécurité sociale en fonction des revenus du créateur. Seules les chômeurs, les moins de 25 ans et bénéficiaires sur RSA pouvaient y prétendre.

Des aujourd’hui pour les nouveaux repreneurs, créateurs d’entreprise et salariés peuvent y prétendre.

Le de 25 ans et, entre autres, les bénéficiaires du RSA pouvaient y prétendre.

L’ACCRE devient l’exonération de début d’activité de création ou reprise d’entreprise

Au 1er janvier 2019, tous les nouveaux créateurs ou repreneurs d’entreprise et salariés peuvent en bénéficier. Disposition valable pour les les micro-entrepreneurs,autres indépendants,  SARL SAS…tous les statuts.

« Le dispositif d’exonération de cotisations sociales est prévu dans l’article L131-6-4 du Code de la Sécurité sociale. Il pourra donc bénéficier à toute personne qui crée ou reprend une activité professionnelle, ou qui entreprend l’exercice d’une autre profession non salariée »

Plus de détail sur les conditions pour en bénéficier.

Le droit au chômage après démission

Sous conditions un salarié peut prétendre au chômage. Pour en bénéficier il faut demander avant la démission un conseil en évolution professionnelle qui pourra aider à établir un projet de reconversion professionnelle.

Attention 3 conditions sont à remplir

  • avoir 5 ans d’activité antérieure
  • se reconvertir
  • créer ou reprendre une entreprise
 Inscrivez vous comme demandeur d’emploi et mettez en oeuvre votre projet de reprise d’entreprise. Valorisez votre projet et votre cible et ce gratuitement. 

CONSULTATIONS offertes par des experts en transmission

CONSULTATIONS  pour les Entrepreneurs, chefs d’entreprise, cadres à la recherche d’un nouveau challenge,
►►Rendez-vous le 4 décembre sur Transfair◄◄

CONSULTATIONS Gratuites au programme du salon TRANSFAIR,

Nos experts vous offres des consultations gratuites avec des notaires, des avocats, des experts-comptables, des commissaires aux comptes et des conseillers de la CCI.

Au menu de la manifestation

• Évaluation gratuite de votre entreprise  ,
• Aide au financement,
• Conseils pour se préparer et anticiper sa transmission,
• Négociation entre cédant/repreneur,
• Optimisation fiscale et patrimoniale…

Un pool d’experts sera présent pour répondre à vos questions en toute confidentialité !

Consultations de 10h30 à 17h00
Inscription sur place – places limitées

 INSCRIVEZ-VOUS ET DÉCOUVREZ LE PROGRAMME

Autres manifestations pendant la quinzaine en local dans nos régions:

  • Dans le TARN  

Les Chambres consulaires organisent la 8ème édition du Forum de la Transmission et reprise d’entreprises le 23 novembre 

A noter que 36% des chefs d’entreprises on plus de 55 ans soit 25000 emplois ! 9 sur 10 n’ont pas encore de repreneur !

Pour plus d’informations : 

Contacts : CCI : Régine GRIMAL au 05 67 46 60 00 – mail : R.GRIMAL@tarn.cci.fr
CMA : Anne FAYRET au 05 63 48 43 74 – mail : anne.fayret@cm-tarn.fr
AD’OCC : Anabelle Califano – anabelle.califano@agence-adocc.com – 05 61 12 57 17

  • Au pays basque : des permanences juridiques gratuites sont organisées jusqu’au 30 décembre. Le format est simple 30 minutes et conseils individualisés de nos avocats spécialisés dans la transmission.

« Il faut plus de 6 mois pour reprendre ou céder son entreprise » la préparation est donc stratégique nous indique la CCI Pour en savoir plus 

Toutes les actualités de la transmission d’entreprise